Soutien au développement rural dans 12 villages indigènes

Années de réalisation : 2014-2016.

Partenaires locaux : CWS/Amrutha Welfare Society

Nombre de bénéficiaires : +/-1800

Coûts du projet : 45 000 euros (contribution Dignity)

Description du projet :

Les 10 villages bénéficiaires sont isolés dans une région montagneuse difficilement accessible. Les villages dépendent des activités agricoles et forestières. Les revenus sont assurés par la vente des produits à des commerçants au marché hebdomadaire de Paderu. Faute de connaissance des prix des marchés, ils sont souvent vendus à des prix excessivement bas. A ceci s’ajoute que la vie villageoise est devenue de plus en plus dépendante de produits qui ne sont pas disponibles localement et qui doivent être achetés au marché de Paderu. Ce déséquilibre a un effet néfaste sur le pouvoir d’achat et la sécurité alimentaire dans les villages. La situation devient dramatique lorsque les villages sont frappés comme en octobre 2014 (cyclone Hudhud) par des catastrophes naturelles. La précarité de la situation alimentaire favorise la malnutrition et la prolifération de maladies. A ceci s’ajoute un accès très limité aux ressources d’eau potable et une absence d’installations sanitaires adéquates.

Le but du projet est d’améliorer la sécurité d’alimentation en favorisant le développement des pratiques agricoles anciennes. Depuis 2014 les bénéficiaires possèdent la possibilité d’augmenter la fertilité des terres de manière respectueuse par rapport à l’environnement notamment par l’application de techniques de compostage (vermis compost, azolla) associée à une diversification des cultures. La valorisation de la marchandise notamment par l’introduction de techniques (par exemple machine à épépiner des groseilles indiennes, amla), permet de vendre les produits à un meilleur prix au marché. Cette valorisation ne se limite pas aux produits alimentaires. Ainsi, la fabrication de balais au niveau communautaire a lieu dans certains villages. Il est prévu d’organiser les communautés en co-opération pour faciliter la vente des produits. Les partenaires de Amrutha Welfare Society soutiennent les populations pour faciliter l’accès aux subventionnements étatiques (par exemple pour la construction de latrines) et défendent leurs intérêts auprès des autorités. La sensibilisation des populations dans les domaines de la sécurité alimentaire et de l’hygiène constitue un volet essentiel du projet. Des séances de sensibilisation ont lieu au niveau des écoles, des communautés. Des techniques de sensibilisation ludiques (performances théâtrales, chansons) sont utilisées. Ces séances de sensibilisation liées à des visites médicales organisées dans les villages ont ainsi mené à la réduction de maladies dues à une mauvaise hygiène corporelle pendant la première année du projet.

Avancement du projet en janvier 2015

voir images 

Avancement du projet en janvier 2016

Dans les 12 villages indigènes (« adivasi ») de la région de Paderu (montagnes des Eastern Ghats dans l’Etat de l’Andhra Pradesh), soutenus par notre projet, les habitants ont retrouvé en collaboration avec nos partenaires locaux, les ONG CWS et Amrutha Welfare Society leurs valeurs traditionnelles et ont pris consciencieusement le choix conscient de cultiver des produits agricoles locaux ( légumes, céréales vivrières) pour assurer un régime de nutrition sain pour toute la communauté, et ainsi d’abandonner peu à peu les cultures commerciales comme par exemple le café. Les villages labourent dès à présent les champs par un travail communautaire. Des jardins et potagers fleurissent dans les villages.

Les habitants utilisent désormais grâce à l’encadrement de partenaires locaux des engrais organiques (jeevamrutha, natural farming) produits sur base de bouse et d’urine de vache, de sucre non raffiné (jaggery), de feuilles de l’arbre Neem (pesticide naturel). L’épandage de cet engrais soit sous forme solide soit sous forme de liquide ne s’avère non seulement économiquement avantageux et protège contre la détérioration des sols et de la qualité de eau, mais il permet aussi des récoltes suffisantes pour garantir la sécurité alimentaire des villageois.

Grâce au retour de pratiques agricoles et forestières locales (légumes, céréales cultivés notamment avec des engrais organiques, groseilles indiennes/amla) une coopérative de producteurs villageois, encadrée par nos partenaires locaux, est en train de se former dont. Son but est de garantir la vente des produits locaux à des prix stables sur les marchés de la région. L’acquisition de machines donnant une valeur ajoutée aux produits ( dénoyautage des grosseilles indiennes, machines pour moudre les céréales et enlever la glume du millet brun) permettent non seulement de garantir des bénéfices supplémentaires, mais facilitent aussi significativement la tâche quotidienne fatiguante des femmes.

L’amélioration des conditions de vie dans les 12 villages indigènes est liée à l’amélioration des accès aux soins de santé de base, à l’eau potable ou encore aux prestations sociales fournies par l’Etat. Notre partenaire Amrutha Welfare Society facilite l’accès des villageois aux programmes des soutien étatique (construction de système d’adduction en eau potable et de latrines, pension de vieillesse, pension d’invalidité, accès aux centres de santé, programme de distribution de nourriture). En complément, les traitements traditionnels avec les plantes médicinales en retrait depuis quelques décennies sont sur le point de se développer à nouveau. Cette évolution est soutenue par nos partenaires locaux, qui organisent des formations de praticiens, le développement des plantes médicinales, ainsi qu’un préparation hygiénique de celles-ci. La phytothérapie est un complément indispensable à la médecine moderne. Ceci notamment en ce qui concerne des maladies répandues comme les maux de tête, les refroidissements, des maladies de la peau, des infections vaginales et des maladies de gastro-entérites.

Encouragée par le succès du projet constaté sur le terrain, Dignity envisage d’étendre les activités du projets dans 50 villages indigènes.

Les 12 villages sont aujourd’hui en 2016 intégrés dans le projet contenant 50 villages et jouent un rôle de tuteur pour les nouveaux villages. Ce projet est subventionné par le Ministère de la Coopération et de l’Action humanitaire du Grand-Duché de Luxembourg.

voir images 

Merci à Tom Schaul pour les photos.

 

Jetez un coup d'oeil:

Avancement du projet en janvier 2015

Avancement du projet en janvier 2016